Une autre réalité

     Par son art, Luciano Ventrone transforme les spectateurs en êtres avides aux yeux insatiables devant ses opulents agencements de fruits qui séduisent les sens. Virtuose du photoréalisme ayant élevé ce genre à une dimension supérieure, il figure parmi les artistes les plus illustres d’Italie.

     Évoquant la pittura metafisica, les natures mortes de Ventrone incarnent des qualités de l’antiquité, autant par leur exécution minutieuse que par leur composition classique.

     Les denses montages méticuleux de fruits et de fleurs qui occupent le centre des tableaux semblent tout droit sortis de la Renaissance. L’aspect métaphysique qui les caractérise émane de l’alchimie à l’origine de leur création.

     À l’instar de tous les artistes de ce style, Ventrone est un maître de l’illusion qui transforme des images photographiques en une version peinte à l’identique et même au-delà, redéfinissant leur réalité qui confond le spectateur et le tient sous le charme.

     À l’occasion de cette première exposition des oeuvres de Ventrone à la Galerie Han Art, les images semblent s’évader du contour des cadres.

     Les sujets de prédilection de cet artiste, les fruits, sont offerts aux yeux des spectateurs avec un raffinement du détail qui défie toute compréhension… et cela va de soi puisque dans l’univers de Ventrone, la réalité acquiert une dimension nouvelle grâce à la froide efficacité de la technologie.

     Sondant la chair de melons et de pêches au moyen de minuscules lentilles photographiques, il éviscère les fruits en quelque sorte et reconfigure les images maintes fois avant de les rassembler sur la toile avec une infinie précision.

     L’élément muet des compositions théâtrales de Ventrone est la lumière qui s’introduit dans les tableaux et les imprègne d’un lustre transparent et immanent.

     Cet artiste, né à Rome en 1942, s’inspire fortement du grand Caravage, si l’on peut se permettre, aussi bizarre que cela puisse paraître, de comparer des fruits à la musculature humaine à nu. La lumière y joue probablement un rôle…

     Reconnu pour l’envergure de son oeuvre, Ventrone se sert de pigments spécialement préparés et de pinceaux fins, et les détails de ses huiles sur toile sont réellement saisissants. La création sur la toile d’une rugueuse coquille de noix ou de la chair rouge d’un melon à sa pleine maturité est exécutée de main de maître.

     Pour composer Ritornello, une configuration parfaitement équilibrée de formes et de textures, Ventrone a agencé pommes, pêches et raisins à pelure lisse contre la fraîche translucidité du bol en onyx qui les contient. L’impitoyable éclairage théâtral révèle tous les détails, et l’on ne peut qu’admirer la façon dont les feuilles sèches rattachées au pédoncule d’une pomme se replient et reposent sur les fruits.

     La grenade qui figure sous une lumière éclatante dans Regno Visivo semble transposée d’un autre monde par l’étrangeté qui se dégage de sa représentation explicite; laissant les graines rouges se répandre de son enveloppe déchirée, littéralement, elle saigne. La manière dont Ventrone dissèque ses thèmes est teintée d’une violence tacite : il les explore d’un regard clinique objectif jusqu’à ce qu’ils se plient aux exigences de son oeil rigoureux. Ce n’est pas le fruit en lui-même qui interpelle l’artiste, mais son potentiel visuel.

     La transformation de l’image finale à son équivalent sur la toile constitue un processus laborieux, intense, qui redonne une autre vie à une « nature morte ». Le spectateur devient le témoin d’un état métamorphosé, ou d’un univers parallèle — pour citer l’artiste lui-même —, par la magie de l’art et du clair-obscur.

     Un réalisme si insistant peut toutefois devenir déconcertant, et les nus de Ventrone offrent alors un répit inattendu. À l’opposé des natures mortes hyperréalistes, ces formes féminines langoureuses appartiennent indéniablement à l’univers de la peinture. La peau si lisse, sans imperfection aucune, n’est pas de ce monde, et l’absence de définition suggère de façon plus appuyée qu’il s’agit d’une oeuvre de création plutôt que de représentation.

     Le talent de Ventrone s’illustre entre autres dans le détail de la chevelure et du turban du modèle du tableau intitulé Oltre il Velo, dont la texture se démarque de la pose classique tranquille et de l’arrière-plan monochrome.

     Issu de deux mondes extrêmement différents, celui des Grands Maîtres et de la technologie moderne, l’art de Luciano Ventrone pose un dilemme particulier, mais la fusion de ces deux approches présente aux spectateurs une fête visuelle magistrale.

 

Dorota Kozinska